Programme Collège universitaire français – Université d'Etat de Saint-Pétersbourg
Le programme d’enseignement complémentaire
Collège universitaire français
Université d’Etat de Saint-Pétersbourg

Contacts

28 rue Tchaïkovski
«La Maison du juriste»
e-mail: contact@cuf.spbu.ru

Plan d’accès

map2-fr map1-fr

Calendrier

2022 << >>

Archive

Philosophie


 

 

Variété de la déraison : croyances et conduites irrationnelles

16 - 24 octobre 2020

Laurent Jaffro

Université Paris-1 Panthéon-Sorbonne

 

Programme du cours

Une croyance raisonnable est une croyance qui répond à des raisons de croire. Cette position défendue par des philosophes comme John Locke au dix-septième siècle, ou, au dix-neuvième siècle, William Clifford, mérite d’être rappelée, expliquée et défendue aujourd’hui, contre divers vices intellectuels (comme le souligne Pascal Engel), mais aussi contre les risques toujours persistants de l’enthousiasme (le fanatisme de la certitude subjective immédiate) et de l’aveuglement (la duperie de soi, quand on finit par croire ce que l’on sait être faux). Il faut croire ce dont la vérité est probable, et non pas ce qui nous fait plaisir, nous arrange, ou nous rend heureux. Faut-il s’abandonner aux croyances irrationnelles pour être heureux ? Comment être raisonnablement heureux ?

 

Vendredi 16 octobre 2020, 19h-21 h (heure de Moscou)

Cours magistral 1 (avec traduction simultanée) :

La rationalité et les raisons de croire

 

Mardi 20 octobre 2020, 19h-21h (heure de Moscou)

Séminaire 1 (en visioconférence sans traduction) :

La rationalité et les raisons de croire – étude d’extraits de textes de John Locke, William Clifford, et Donald Davidson

 

Mercredi 21 octobre 2020, 19h-21 h (heure de Moscou)

Cours magistral 2 (avec traduction simultanée) :

Deux formes d’irrationalité de la croyance : enthousiasme et aveuglement

 

Jeudi 22 octobre 2020, 19h-21h (heure de Moscou)

Séminaire 2 (en visioconférence sans traduction) :

L’enthousiasme – étude d’extraits de textes de John Locke (Essai, livre IV), Pierre Bayle (Commentaire philosophique) et David Hume (« Superstition et enthousiasme »)

 

Vendredi 23 octobre 2020, 19h-21h (heure de Moscou)

Cours magistral 3 (avec traduction simultanée) :

Comment être raisonnablement heureux ? La réponse de Hume

 

Samedi 24 octobre 2020, 11h-13h (heure de Moscou)

Séminaire 3 (en visioconférence sans traduction) :

Aveuglement et mensonge à soi-même – étude d’extraits de textes de Jon Elster, Donald Davidson, Anne Meylan

 

 

 

 Bio-Bibliographie du professeur :

Laurent Jaffro est professeur de philosophie morale à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et membre senior de l’Institut universitaire de France. Il a aussi enseigné notamment aux universités de Nanterre, Clermont-Ferrand, et Neuchâtel. Ses recherches actuelles portent sur certains aspects des relations entre évaluations, émotions, raisons et action. Il s’intéresse aussi à des tactiques d’action indirecte sur les autres et sur soi. Son dernier livre est La Couleur du goût. Psychologie et esthétique au siècle de Hume (Vrin, 2019). Sur un thème proche de ce cycle de conférences, il a dirigé le volume Croit-on comme on veut ? Histoire d’une controverse (Vrin, 2013). Plus d’information sur www.jaffro.net

 

Bibliographie sommaire

Les documents sont accessibles à cette adresse

https://cours.univ-paris1.fr/fixe/CUF-JAFFRO

au moyen d’un mot de passe disponible auprès des enseignants-résidents.

 

Pierre Bayle, Commentaire philosophique sur ces paroles de l’Évangile de Luc « contrains-les d’entrer », 1686.

William K. Clifford, « The Ethics of Belief » (1877) ; trad. fr. B. Gaultier, L’Éthique de la croyance, Agone, 2018.

Donald Davidson, « Paradoxes of Irrationality » (1982).

— « Deception and Division » (1986).

Jon Elster, L’Irrationalité, Éditions du Seuil, 2010.

Pascal Engel, Les Vices du savoir, Agone, 2019.

David Hume, plusieurs essais : « Superstition et enthousiasme » ; « L’épicurien » ; « Le stoïcien » ; « Le platonicien » ; « Le sceptique », 1742.

Laurent Jaffro (dir.), Croit-on comme on veut ? Histoire d’une controverse, Vrin, 2013.

John Locke, An Essay concerning Human Understanding, éd. P. H. Nidditch, Oxford University Press, 1998.

Anne Meylan, « L’évaluation de la duperie de soi : Butler, Clifford et la philosophie contemporaine », dans Aude Bandini (éd.), « Les croyances irrationnelles », dossier de la Revue philosophique de la France et de l’Étranger, 143, 3, 2018.

 


 

 

Les jugements moraux sont-ils aptes à la verite ? les limites de la raison en morale

4 – 11 décembre 2020

Jean-Cassien BILLIER

Sorbonne Université

Programme du cours

 

 

Les jugements moraux sont-ils aptes à la vérité ? Tenter de répondre à cette question oblige à s’écarter de l’éthique dite normative et à s’engager dans une réflexion typiquement métaéthique. L’éthique normative renvoie à la dimension prescriptive de la morale qui nous est la plus familière : elle consiste à nous dire ce que nous devons faire, ou à nous dresser le portrait du type d’agent moral que nous devrions idéalement être. La métaéthique, elle, est une éthique descriptive qui soumet nos concepts et raisonnements moraux à un questionnement tout à la fois épistémologique, ontologique, sémantique et psychologique. Ce cours aura pour ambition d’examiner les limites de la raison en morale à partir de la question susmentionnée, qui sera déclinée en trois hypothèses distinctes : Les jugements moraux sont-ils faux ? Les jugements moraux sont-ils ni vrais ni faux ? Les jugements moraux sont-ils relatifs ? Seront ainsi étudiées des options métaéthiques aussi riches que controversées : la Théorie de l’erreur, l’expressivisme, le subjectivisme et le relativisme.  Les questions spécifiques abordées dans les séminaires permettront d’élargir ces éléments d’une enquête sur les limites de la raison en morale.

 

Vendredi 4 décembre 2020, 18h00-20h00 (heure de Moscou)

Cours magistral 1 (avec traduction simultanée) :

Les jugements moraux sont-ils faux ? La Théorie de l’erreur

 

Lundi 7 décembre 2020, 16h30-18h30 (heure de Moscou)

Séminaire 1 (en visioconférence sans traduction) :

Le sentimentalisme moral

 

Mardi 8 décembre 2020, 18h00-20h00 (heure de Moscou)

Cours magistral 2 (avec traduction simultanée) :

Les jugements moraux sont-ils ni vrais ni faux ? L’expressivime

 

Mercredi 9 décembre 2020, 18h00-20h00 (heure de Moscou)

Séminaire 2 (en visioconférence sans traduction) :

L’imagination morale

 

Jeudi 10 décembre 2020, 18h00-20h00 (heure de Moscou)

Cours magistral 3 (avec traduction simultanée) :

Les jugements moraux sont-ils relatifs ? Subjectivisme et relativisme

 

Vendredi 11 décembre 2020, 18h00-20h00 (heure de Moscou)

Séminaire 3 (en visioconférence sans traduction) :

La motivation morale

 

 

Bio-Bibliographie du professeur :

Jean-Cassien Billier est maître de conférences de philosophie morale à Sorbonne Université. Il enseigne aussi à Sciences Po Paris au sein de l’Ecole d’affaires publiques et est responsable du bi-cursus Philosophie-Sciences sociales assuré en partenariat par Sorbonne Université et Sciences Po Paris. Ses recherches actuelles portent sur les théories dites hybrides en métaéthique, qui combinent des éléments cognitifs et non-cognitifs, et sur leur articulation avec l’éthique normative. Dernier ouvrage : Introduction à l’éthique (PUF, 2010). Dernier article : « Constitutionnalisme rawlsien » (Les Etudes philosophiques, 2020-4).

 

 

Bibliographie sommaire :

 

Ophélie Desmons, Stéphane Lemaire & Patrick Turmel, Manuel de métaéthique, Paris, Hermann, 2019.

Russel Blackford, Science Fiction and the Moral Imagination, Cham, Springer, 2017.

James Dreier (dir.), Contemporary Debates in Moral Theory, Oxford, Blackwell, 2006.

Martin Gibert, L’imagination en morale, Paris, Hermann, 2014.

François Jacquet & Hichem Naar, Qui peut sauver la morale ?, Paris, Ithaque, 2020.

Alexandre Miller, Contemporary Metaethics. An Introduction, Londres, Polity press, 2003.

Jonas Olson, Moral Error Theory. History, Critique, Defence, Oxford, Oxford University Press, 2014.

Mark Schroeder, Being For. Evaluating the Semantic Program of Expressivism, Oxford, Oxford University Press, 2008; Noncognitivism in Ethics, Londres, Routlegde, 2010.

 


Raison et déraison : les partages de la philosophie contemporaine

24 – 31 mars 2021

Pierre CASSOU-NOGUÈS

Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis

 

Synopsis :

Le cycle portera sur les diverses formes que prend le partage entre raison et déraison dans la philosophie contemporaine. Il ne prétendra pas en faire un inventaire mais se focalisera sur plusieurs oppositions saillantes qui ont animé le champ philosophique. La première séance, après avoir présenté brièvement le déroulé des séances suivantes, interrogera la figure du savant fou et, sur le cas de Kurt Gödel, la façon dont la logique, où l’on pourrait voir la raison la plus abstraite, peut se lier à la folie. La seconde séance portera sur l’œuvre de Kojève, ses sources russes et le double de la sagesse et de la folie. La troisième séance reprendra la thématique de la raison et de la déraison en amont dans les œuvres cruciales pour la philosophie contemporaine de Kant et de Nietzsche. Les séminaires seront centrés sur des textes importants pour la thématique dans la philosophie en France : ceux de Foucault à partir du séminaire de 1973, la logique du sens de Deleuze, et la mise en question de nos partages par Ph. Descola

 

Déroulé :

 

Mercredi 24 mars 2021, 18h00- 20h30 (heure de Moscou)

Cours magistral 1 (avec traduction simultanée) :

Pierre Cassou-Noguès : « Introduction. La ‘folie’ et la logique : le cas de Kurt Gödel. »

 

Jeudi 25 mars 2021, 18h00-20h30 (heure de Moscou)

Cours magistral 2 (avec traduction simultanée) :

Matthieu Renault : « Alexandre Kojève : Sagesse et folie de l’histoire à l’âge moderne »      

 

Vendredi 26 mars 2021, 18h00-20h30 (heure de Moscou)

Cours magistral 3 (avec traduction simultanée) :

Michèle Cohen-Halimi : « Les problèmes métaphysiques sont-ils inscrits dans la nature de la raison ? »     

 

Lundi 29 mars 2021, 17h00-19h30 (heure de Moscou)

Séminaire 1 (sans traduction)

Guillaume Sibertin-Blanc : « Le psychiatre, son fou et sa folie : l’archéologie de la rationalité psychiatrique selon Foucault »

 

Mardi 30 mars 2021, 17h00-19h30 (heure de Moscou)

Séminaire 2 (sans traduction)

Frédéric Rambeau : « Logique du sens, une logique non rationnelle ? »

 

Mercredi 31 mars 2021, 17h00-19h30 (heure de Moscou)

Séminaire 3 (sans traduction)

Jean-Néhémy Pierre : « Raison non-humaine; les modes d’identification chez Philippe Descola »

 

Bio-Bibliographie des professeurs :

 

Pierre Cassou-Noguès est professeur de philosophie à l’université Paris 8. Son travail est marqué par l’utilisation de la fiction comme méthode d’analyse philosophique. Son dernier livre, Virusland (Cerf, 2020) analyse les formes de vie technologiques que l’actuelle pandémie contribue à mettre en place.

 

Matthieu Renault est Maître de conférences en philosophie à l’Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis et membre du Laboratoire d’études et de recherches sur les Logiques Contemporaines de la Philosophie (LLCP). Ses recherches portent sur les rapports de la philosophie aux mondes extra-européens, l’histoire (post)impériale des savoirs et leurs réappropriations minoritaires (classe-genre-race). Il est l’auteur de : Frantz Fanon. De l’anticolonialisme à la critique postcoloniale (Éditions Amsterdam, 2011) ; L’Amérique de John Locke. L’expansion coloniale de la philosophie européenne (Éditions Amsterdam, 2014) ; C.L.R. James. La vie révolutionnaire d’un « Platon noir » (La Découverte, 2016) ; L’Empire de la révolution. Lénine et les musulmans de Russie (Syllepse, 2017).

 

Michèle Cohen-Halimi est professeure de philosophie à l’Université de Paris 8 / Vincennes-Saint-Denis, elle est une spécialiste de la philosophie allemande moderne et contemporaine.

 

Guillaume Sibertin-Blanc est professeur en philosophie contemporaine à l’université Paris 8 ; ses travaux portent sur les interférences entre philosophie politique, anthropologie et pensée clinique au XXe siècle.

 

Frédéric Rambeau est maître de conférences à l’Université Paris 8 Vincennes/Saint-Denis. Ses recherches portent notamment sur les théories de la subjectivation dans la philosophie française contemporaine, il est l’auteur de Les secondes vies du sujet (Deleuze, Foucault, Lacan), Paris, Hermann, 2016.

 

Jean-Néhémy Pierre est écrivain (romancier), connu sous le nom de Néhémy Pierre-Dahomey. Doctorant en philosophie à l’Université Paris 8, il travaille sur l’animisme comme mode d’identification et concept de philosophie métaphysique. Il a publié deux romans aux éditions du Seuil et plusieurs articles de philosophie.

 

Bibliographie sommaire :

 

CM1

Pierre Cassou-Noguès, Les démons de Gödel. Logique et folie, Paris, Point-Seuil, 2012.

Kurt Gödel, « Russell’s Mathematical Logic », in Kurt Gödel, Collected Works, Vol II, Oxford, Oxford Univ Press, 2001.

Hao Wang, A logical Journey, Cambridge, MIT Press, 1996.

 

CM 2

D’Alexandre Kojève, né Kojevnikov à Moscou en 1902, on sait généralement qu’il rédécouvrit, et à plus d’un titre réinventa, la dialectique hégélienne du maître et de l’esclave. On sait moins souvent qu’il n’aura eu cesse de thématiser la Sagesse advenue, ou devant advenir, à la « fin de l’histoire ». Or, s’il concevait un tel savoir absolu comme le triomphe définitif du logos humain, sa purification par suppression de l’erreur, du crime et de la folie, cette dernière ne semble avoir été pour lui l’envers de la sagesse que dans la mesure où elle en était le double inquiétant et peut-être inéradicable. C’est cette hypothèse que nous mettrons à l’épreuve à partir de l’Introduction à la lecture de Hegel, de l’Esquisse d’une phénoménologie du droit et de l’essai « Tyrannie et sagesse », et en croisant une série de personnages du théâtre philosophique kojévien, du sage (Hegel) au tyran (Staline) en passant par l’intellectuel de la « République des lettres » et le sceptique-nihiliste (le Kirilov des Démons de Dostoïevski).

 

CM 3

Kant, Critique de la raison pure (abrégé par KrV) , 1ère Préface (1781) (à lire en entier)

KrV, Dialectique transcendantale, « L’antinomie de la raison pure », 4è section : « Des problèmes transcendantaux de la raison pure en tant qu’il leur faut absolument être résolus » (à lire en entier)

KrV, « L’antinomie de la raison pure », 7è section : « Décision critique du conflit cosmologique de la raison avec elle-même » (à lire en entier)

 

Nietzsche, Par-delà bien et mal, 1è section : « Des préjugés des philosophes » (à lire en entier)

La Généalogie de la morale, Avant-propos (à lire en entier)

Le Crépuscule des idoles, « La ‘raison’ dans la philosophie » (à lire en entier)

 

Lecture optionnelle :

Bergson, La Pensée et le mouvant, « Introduction à la métaphysique » et « De la position des problèmes ».

 

Séminaire 1

 Michel Foucault, Le pouvoir psychiatrique. Cours au collège de France 1973, Paris, Gallimard/Seuil/Ecoles des Hautes Etudes.

 

Séminaire 2

Gilles Deleuze, Logique du sens, Paris, minuit, 1969

 

Séminaire 3

Philippe Descola, Par delà nature et culture (Chapitre V. Rapport à soi, rapport à l’autre , Chapitre VI. L’animisme restauré, Chapitre VIII. Les certitudes du naturalisme)

 

Lecture souhaitable

Bruno Latour, Nous n’avons jamais été modernes (Chapitre 2. Constitution.)

Viveiros de Castro, Métaphysiques cannibales

 

 

 

 

  Русский      Francais

Catalogue de la bibliothèque

Horaires:
lundi fermée
mardide 14h30 à 19h00
mercredi fermée
jeudi de 14h30 à 19h00
vendredide 14h30 à 19h00
samedi fermée