Programme Collège universitaire français – Université d'Etat de Saint-Pétersbourg
Le programme d’enseignement complémentaire
Collège universitaire français
Université d’Etat de Saint-Pétersbourg

Contacts

28 rue Tchaïkovski
«La Maison du juriste»
e-mail: contact@cuf.spbu.ru

Plan d’accès

map1-fr map2-fr

Calendrier

2022 << >>

Archive

Histoire – Thierry Piel

Urbi et orbi. Gouverner et être gouverné dans l’Empire romain d’Auguste à Philippe l’Arabe

25 novembre – 3 décembre 2020

Thierry Piel

Université de Nantes

Programme du cours

 

Modeste agglomération sise sur la rive gauche de la basse vallée du Tibre, Rome devint une cité-état probablement autour de 600 av. J.-C. Dirigée par des rois puis, à partir de 509 av. J.-C., par des magistrats élus annuellement, la cité latine se dota au fil des siècles d’un appareil politico-administratif qui avec les assemblées civiques et le Sénat assurèrent la gouvernance de Rome et des territoires conquis par elle. Cependant la multiplication des provinces à partir du milieu du IIIe siècle av. J.-C. et l’augmentation de la population vivant dans la capitale de ce qui était devenu un empire, montrèrent rapidement les limites d’un appareil gouvernemental composé d’une noblesse souvent « amateuriste » et ne disposant en outre que d’un effectif extrêmement réduit d’appariteurs.

C’est cette inadaptation de plus en plus criante qui fut principalement à l’origine de la crise que connut la République au Ier siècle de notre ère et c’est tout naturellement qu’Auguste au lendemain de sa victoire sur Antoine et Cléopâtre entreprit de créer un appareil d’État centralisé relayé par un corps de gouverneurs compétents relayant le prince auprès des provinciaux. De son côté Rome devenue une mégalopole millionnaire fut dotée d’une administration plus professionnelle. Toutefois on observera qu’au temps de la Pax romana c’est-à-dire jusqu’au milieu du IIIe siècle ap. J.-C., le corps des fonctionnaires impériaux demeura bien modeste, une situation à laquelle s’ajoute la très grande hétérogénéité des statuts juridiques des cités et des sujets de l’Empire. Paradoxalement c’est sans doute la grande souplesse dont fit preuve en ces temps la chancellerie impériale, relayée par une sociabilité bienveillante entre des élites et des populations attachées à l’ordre romain, qui assura durant presque trois siècles, une exceptionnelle stabilité à ce dernier.

Ce cours se propose de présenter et de comprendre le fonctionnement des rouages politico-administratifs de même que la culture idéologique qui le prolongea dans l’Empire romain depuis Auguste (27 av. J.-C.) jusqu’à la disparition de Philippe l’Arabe (249 ap. J.-C.). Ainsi ce sont les rapports entre centre et périphéries dans l’Empire qui seront ainsi privilégiés dans le CM assortis d’exemples précis au fil des TD.

 

 

Mercredi 25 novembre 2020, 17h00-19h00 (heure de Moscou)

Cours magistral 1 (avec traduction simultanée) :

L’inventaire du monde, le jour où Auguste réorganisa l’Empire romain

 

Jeudi 26 novembre 2020, 17h00-19h00 (heure de Moscou)

Séminaire 1 (en visioconférence) :

Un gouverneur exemplaire, Pline le Jeune

 

Vendredi 27 novembre 2020, 17h00-19h00 (heure de Moscou)

Cours magistral 2 (avec traduction simultanée) :

Pérégrinations impériales, les empereurs en leur Empire

 

Samedi 28 novembre 2020, 11h00-13h00 (heure de Moscou)

Séminaire 2 (en visioconférence) :

Les pèlerinages troyens des empereurs

 

Lundi 30 novembre, 17h00-19h00 (heure de Moscou)

Cours magistral 3 (avec traduction simultanée) :

Un paradigme de la loyauté des provinces, les manifestations d’un culte impérial

 

Mardi 1er décembre 2020, 17h00-19h00 (heure de Moscou)

Séminaire 3 (en visioconférence) :

Culte impérial et piété civique dans la province d’Asie

 

Mercredi 2 décembre, 17h00-19h00 (heure de Moscou)

Cours magistral 4 (avec traduction simultanée) :

Sollicitude impériale et requêtes civiques politique impériale et autonomie municipale

 

Jeudi 3 décembre, 17h00-19h00 (heure de Moscou)

Séminaire 4 (en visioconférence) :

Être une cité libre dans l’Empire romain

 

 

Bio-Bibliographie du professeur

 

Agrégé d’Histoire, Thierry Piel est maître de conférences en histoire ancienne à l’université de Nantes. Spécialiste de la civilisation étrusque et de la Rome archaïque, ses recherches portent sur la nature et l’exercice du pouvoir dans les cités de l’aire étrusco-latine.

 

Publications

1. Piel T., « Principes Etruriae : Recherches sur les représentations et la nature du pouvoir en Étrurie (viie-ier siècles av. J.-C.)thèse de doctorat soutenue en 2000 à l’université de Nantes [inédite].

2. Piel T., « Le dieu, le roi et le prêtre : le bâton augural dans les représentations étrusco-latines du pouvoir »dans M. Molin (éd.), Images et représentations du pouvoir et de l’ordre social dans l’Antiquité, Paris, De Boccard, 2001, p. 189-197.

3. Piel T., « Réflexions sur la nature du pouvoir en Italie centrale. Les cités étrusques et la cité romaine (viie-iiie siècles av. J.-C.) »dans H. Inglebert (éd.), Idéologies et valeurs civiques dans le monde romain. Hommage à Claude Lepelley, Paris, Picard, 2002, p. 23-35.

4. Piel T., « À propos de l’image royale des Principes étrusques chez les auteurs grecs et latins : Porsenna rex Etruriae », dans G. Lachenaud et M. Longrée (éd.), Grecs et Romains aux prises avec l’histoire. Représentations, récits et idéologie, Rennes, PUR, 2003, p. 527-537.

5. Piel T., « Les urnes étrusques du sud de la France »dans C. Landes, Les Étrusques en France. Archéologie et collections, Lattes, IMAGO-Musée de Lattes, 2003, p. 277-283.

6. Piel T., « À propos des insignes de dignité de l’Étrurie méridionale : réflexions sur la soi-disant origine étrusque des insignes romains du pouvoir »dans Dinamiche di sviluppo delle città nell’Etruria meridionale. Veio, Caere, Tarquinia, Vulci. Atti del XXIII Convegno di Studi Etruschi ed Italici. 1-6 ottobre 2001, Pisa/Roma, Istituti Editoriali e Poligrafici Internazionali, 2005, p. 423-430.

7. Piel T., « Rome ville ouverte. Promotion sociale et ascension politique des étrangers dans la Rome archaïque, de Tarquin l’Ancien à Appius Herdonius. L’exemple de Gnaeus Marcius Coriolan »dans M. Molin (éd.), Les Régulations sociales dans l’Antiquité, Rennes, PUR, 2006, p. 365-388.

8. Piel T., « Luci et fora : des structures “supraciviques” et interethniques dans le monde étrusco-latin »dans F. Clément, J. Tolan et J. Wilgaux (éd.), Espaces d’échanges en Méditerranée. Antiquité et Moyen Âge, Rennes, PUR, 2006, p. 91-106.

9. Piel T., « Des contingents étrusques en Méditerranée occidentale : mercenaires ou forces d’intervention civiques ? », dans T. Piel (éd.), Figures et expressions du pouvoir dans l’Antiquité. Hommage à Jean-René Jannot, Rennes, PUR, « Enquêtes et documents », no 36, 2009, p. 75-91.

10. Piel T., « Misères et grandeur d’Attus Navius : enquête sur l’identité d’un célèbre augure romain »dans B. Joly et J. Weber (éd.), Églises de l’Ouest. Églises d’ailleurs. Mélanges offerts à Marcel Launay, Paris, Les Indes savantes, « Rivage des Xantons », 2009, p. 467-474.

11. Piel T. et B. Mineo, Camille ou le destin de Rome, 406-390 av. J.-C., Clermont-Ferrand, Éditions Maison, 2010.

12. Piel T., « À propos du colosse de Rhodes : quelques considérations sur un monument commémoratif »dans N. Faucherre et I. Pimouguet-Pédarros (éd.), Les Sièges de Rhodes, de l’Antiquité à la période moderne, Rennes, PUR, « Enquêtes et documents », no 40, 2010.

13. Piel T. et B. Mineo, Et Rome devint une République… 509 av. J.-C., Clermont-Ferrand, Lemme edit, 2011.

14. Piel T., « Les Romains à l’école de l’Étrurie : quelques réflexions à propos de la transmission des savoirs étrusques à Rome »dans D. Frère et L. Hugot (éd.), Étrusques. Les plus heureux des hommes, Rennes, PUR, 2014, p. 279-299.

15. Piel T., « Mézence versus Porsenna ou la fabuleuse histoire des condottieres étrusques »dans B. Mineo et T. Piel (éd.), Les Premiers Temps de Rome. vie-iiisiècles av. J.-C. La fabrique d’une histoire, Rennes, PUR, 2016, p. 55-84.

16. Piel T., « Sutrium et la forêt ciminienne : histoire d’une très ancienne frontière en Italie centrale (ive siècle av. J.-C.) », dans N. Baron, S. Boisselier, F. Clément et al. (éd.), Ériger et borner diocèses et principautés au Moyen Âge. Limites et frontières, vol. II, Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2017, p. 111-130.

17. Piel T., « Littérature étrusque : la bibliothèque idéale de Laris Pulenas »dans N. Amoroso, M. Cavalieri et N. Meunier (éd.), Locum armarium libros. Livres et bibliothèques dans l’Antiquité, Louvain-la-Neuve, Presses universitaires de Louvain, 2017, p. 171-191.

18. Piel T., Troie. Portrait historique d’un site mythique, Clermont-Ferrand, Lemme edit, 2019.

19. Piel T., Plutarque versus Plutarque, quand un tyran peut en cacher un autre, dans MARÉCHAUX P. et MINEO B. (éd.), Plutarque et la construction de l’histoire. Entre récit et invention littéraire, Rennes, PUR, 2020, p. 143-164.

 

 

Bibliographie de préparation aux enseignements :

BERANGER A., Le métier de gouverneur dans l’empire romain, de César à Dioclétien, Paris, De Boccard, 2014.

BIANCHI BANDINELLI R., Rome, le centre du pouvoir. L’art romain des origines à la fin du deuxième siècle, Paris, Gallimard, 2010.

BRELAZ C., La sécurité publique en Asie mineure sous le Principat (Ier-IIIe s. ap. J.-C.). Institutions municipales et institutions impériales dans l’Orient romain, Bâle, Schwabe, 2005.

ETIENNE R., Le culte impérial dans la péninsule ibérique d’Auguste à Dioclétien, Paris, BEFAR 191, 1974.

FAURE P., TRAN N., VIRLOUVET C., Rome, cité universelle. De César à Caracalla, Paris, Belin, 2018.

FOURNIER J., Entre tutelle romaine et autonomie civique. L’administration judiciaire dans les provinces hellénophones de l’Empire romain. 129 av. J.-C. – 235 ap. J.-C., Athènes, EFA, 2010.

FRIJA G., Les prêtres des empereurs. Le culte civique dans la province romaine d’Asie, Rennes, PUR, 2009.

HELLER A., « Les bêtises des Grecs ». Conflits et rivalités entre cités d’Asie et de Bithynie à l’époque romaine (129 av. J.-C. – 235 ap. J.-C.), Bordeaux, Ausonius, 2006.

HOLSTEIN A., LALANNE S. (dir.), Les voyages des empeeurs dans l’orient romain. Epoques antonine et sévérienne, Paris, Errance, 2012.

JACQUES F., et SCHEID J., Rome et l’intégration de l’Empire, 44 av. J.-C. – 260 ap. J.-C. Tome 1 Les structures de l’Empire romain, Paris, PUF, 1990.

JACQUES F., Le privilège de liberté. Politique impériale et autonomie municipale dans les cités d’Occident romain (161-244), Rome, EFR, 1984.

LEFEBVRE S., L’administration de l’Empire romain, Paris, Armand Colin, 2011.

NICOLET C., L’inventaire du monde. Géographie et politique aux origines de l’Empire romain, Paris, Fayard, 2000.

VAN ANDRIGA W., La religion en Gaule romaine, Ier-IIIe siècle ap. J.-C., Paris, Errance, 2002.

 

  Русский      Francais

Catalogue de la bibliothèque

Horaires:
lundi fermée
mardide 14h30 à 19h00
mercredi fermée
jeudi de 14h30 à 19h00
vendredide 14h30 à 19h00
samedi fermée