Programme Collège universitaire français – Université d'Etat de Saint-Pétersbourg
Le programme d’enseignement complémentaire
Collège universitaire français
Université d’Etat de Saint-Pétersbourg

Contacts

28 rue Tchaïkovski
«La Maison du juriste»
e-mail: contact@cuf.spbu.ru

Plan d’accès

map2-fr map1-fr

Calendrier

2020 << >>

Archive

Sociologie-Quentin RAVELLI

La mondialisation en crise

3 – 11 février 2020

Quentin RAVELLI

Chercheur au CNRS, Ecole Normale Supérieure, Centre Maurice Halbwachs

 
 

Bio-bibliographie de l’enseignant

Quentin Ravelli est chercheur en sociologie au Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS), à Paris. Il s’intéresse aux crises économiques et à leurs conséquences politiques, en particulier depuis 2008.  Après avoir travaillé sur l’industrie pharmaceutique – La Stratégie de la Bactérie (Le Seuil, 2015) – il a suivi les mouvements sociaux espagnols contre les dettes populaires, à l’origines d’importants changements dans ce pays : son film Bricks – De la spéculation au soulèvement (Survivance, 2017), puis le livre Les Briques rouges. Dettes, logement et luttes sociales en Espagne (Amsterdam, 2017), présentent ces recherches. Dans ses articles – voir « quelques publications » – il aborde des questions plus spécifiques : la construction d’un mouvement social contre les banques, les relations avec les partis politiques, les théories de la naissance du capitalisme, l’opposition entre valeur d’usage et valeur d’échange pour mieux comprendre les marchandises. Il est membre du Centre Maurice Halbwachs (ENS/EHESS) et enseigne à l’École des Hautes Études en Sciences sociales.

Quelques publications

Ravelli, Q. (2019, à paraître). “Fighting Against Banks: When Financial Markets Gave Birth to a Working-Class Movement”. Socio-Economic Review.

Ravelli, Q. (2019, à paraître). « Le capitalisme a t-il une date de naissance ? » Tracés (36).

Ravelli, Q. (2018). « De la rue au parlement : Podemos ou les contradictions de la gauche radicale dans les institutions ». Politika.

Ravelli, Q. (2018). « Peut-on parler d’un mouvement postcolonial en Espagne ? “Jour de la Race” et lutte indigène contre les banques ». Mouvements2(94).

Ravelli, Q. (2018). « Financiarisation et classes sociales : introduction ». La Revue De La Régulation (Avec Benjamin Lemoine).

Ravelli, Q. (2017). “Financial Backlash: When Local Bankers face Social Protest”. Dans Valérie Boussard (éd.), Finance At Work (Routledge.). New York.

Ravelli, Q. (2017). Les briques rouges. Dettes, logement et luttes sociales en Espagne (Amsterdam.). Paris.

Ravelli, Q. (2017). « Mixité au travail et nouvelles inégalités : le cas de l’industrie pharmaceutique ». Les Cahiers Du Genre1(62), 203-222.

Ravelli, Q. (2015). La stratégie de la bactérie Une enquête au cœur de l’industrie pharmaceutique (Le Seuil.). Paris.

Ravelli, Q. (2014). « La fabrication de principes actifs, entre expérimentation et productivité ». Dans Les Travailleurs Du Médicament. L’industrie Pharmaceutique Sous Observation (Eres., p. 107-130). Toulouse.

Ravelli, Q. (2014). “Marketing epidemics: when antibiotics promotion stimulates resistant bacteria”. Studies For The Social History Of Medicine.

Ravelli, Q. (2013). « Le charme du ladrillo ». Vacarme, (63).

Ravelli, Q. (2011). “Medico-marketing between use value and exchange value. How political economy sheds light on the biography of medicines”. Medische Antropologie, 23(2).

Programme du cours

La mondialisation est un processus fortement contesté, dont la définition est particulièrement floue. Néolibéralisme, ouverture des frontières, libre-échange, délocalisation, fin de la société industrielle ou des États souverains : ses significations sont si changeantes que ses défenseurs, comme ses opposants, appartiennent à des courants politiques souvent inconciliables. Ce cycle de conférences l’abordera dans son contexte historique, en montrant qu’elle est loin d’être un phénomène récent mais existe au contraire depuis l’Antiquité. Pourtant, la rupture de la fin des années 1970 impose une réflexion concernant les mutations récentes de nos sociétés – en particulier sous l’effet de la financiarisation – et leurs remises en cause, de la part des gouvernements comme des mouvements sociaux. On s’intéressera plus particulièrement aux relations entre la mondialisation et les crises, en privilégiant une approche concrète et sociologique, à partir de cas observables dans différents pays. Fermetures d’usines, montée du nationalisme, remise en cause de la légitimité des dettes mondialisées ou encore contre-sommets internationaux feront partie des exemples abordés. De la crise de la Compagnie des Mers du Sud de 1720 à celle des crédits à risque de 2008, on verra que les formes de production et de circulation des marchandises jouent un rôle déterminant pour comprendre la logique de ces crises et leur diffusion internationale.

 

Lundi 3 février 2020, 16h00-19h00, salle 303, 43 Srednii prospekt, V.O.

Conférence 1 (avec traduction simultanée)

Les longues histoires de la mondialisation

 

Mardi 4 février 2020, 16h00-19h00, salle 303, 43 Srednii prospekt, V.O.

Conférence 2 (avec traduction simultanée)

La mondialisation financière et ses conséquences

 

Mercredi 5 février 2020, 16h30-19h30, salle 303, 43 Srednii prospekt, V.O.

Séminaire 1 (sans traduction simultanée)

Les crises de la mondialisation

 

Jeudi 6 février 2020, 16h30-19h30, salle 303, 43 Srednii prospekt, V.O.

Conférence 3 (avec traduction simultanée)

Local, global, « glocal » : quelle sociologie pour la mondialisation ?

 

Vendredi 7 février 2020, 16h00-19h00, salle 303, 43 Srednii prospekt, V.O.

Conférence 4 (avec traduction simultanée)

Les contestations de la mondialisation

 

Samedi 8 février 2020, 10h00-13h00, salle 13, 28 rue Tchaïkovskogo « Maison du juriste »

Séminaire 2 (sans traduction simultanée)

Comment raconter la mondialisation : chiffres, films et observations

 

Lundi 10 février 2020, 16h00-19h00, salle 303, 43 Srednii prospekt, V.O.

Séminaire 3 (sans traduction simultanée)

Pétrole, médicament, sel, crédit à risque : la place des marchandises dans la mondialisation

 

Mardi 11 février 2020, 9h00-12h00, salle 13, 28 rue Tchaïkovskogo « Maison du juriste »

Séminaire 4 (sans traduction simultanée)

Les conséquences politiques de la mondialisation : vers un repli national généralisé ?

 

Bibliographie du cours

Références précédées d’un astérisque (*) : courts ouvrages de synthèse ou textes classiques

 

ARRIGHI G. (1994), The Long Twentieth Century: Money, Power, and the Origins of Our Times, Londres, Verso

BANAJI Jairus, 2018, « Salvioli et la controverse du capitalisme antique », Période

BECKERT Sven, 2014, Empire of Cotton. A new history of global capitalism, New York, Vintage Books

*BELL D. (1973), The Coming of the Post Industrial Society, New York, Basic.

BENTEMESSEK Kahia Nesrine (2010), « La bulle des mers du Sud, ou le ’too bigg to fail’ avant l’heure », L’économie politique, 2010/4, n°48

*BURAWOY Michael (1998), “The Extended Case Method”, Sociological Theory, 16(1)

CALHOUN Craig (2013), « Occupy Wall Street in perspective », British journal of sociology, 64(1), p. 26-

CHAUVEL Louis (2016), La spirale du déclassement. Essai sur la société des illusions, Le Seuil, Paris

*CHOPLIN Armelle et PLIEZ Olivier (2018), La mondialisation des pauvres. Loin de Wall Street et de Davos, Le Seuil, Paris

CLARK T. N. & LIPSET S. M. (1991), « Are Social Classes Dying? », International Sociology, 4

DYMSKI Gary (2009), « Racial Exclusion and the Political Economy of the Subprime Crisis », Historical

Materialism, 17(2) :149-79

*EL MOUHOUD Mouhoud (2017), Mondialisation et délocalisation des entreprises, La Découverte, Paris

FLESHER FOMINAYA, C. et MONTAÑES Jiménez Antonio (2014), « Transnational Difusion across Time: The Adoption of the Argentinian Dirty War “Escrache” in the Context of Spain’s Housing Crisis » in

GALBRAITH James K. (2015) [2014], La Grande Crise, Le Seuil, Paris

FRIEDMAN Milton et Rose (1980) [1979], « Anatomie d’une crise », in Milton et Rose Friedman, La liberté du choix, Pierre Belfond, Paris

GORZ André (1981), Adieux au proletariat, Paris, Le Seuil.

*GRAEBER David, Dette : 5000 ans d’histoire, Paris, Les liens qui libèrent.

Harvard University Press.

*HOCQUET Jean-Claude (2019), Le sel. De l’esclavage à la mondialisation, CNRS Editions

HUGRE Cédric, PENISSAT É. & SPIRE A. (2017), Les classes sociales en Europe. Tableau des nouvelles

inégalités sur le vieux continent, Marseille, Agone.

JARRIGE François, 2009, Au temps des « tueuses de bras ». Les bris des machines à l’aube de l’ère industrielle (1780-1860), Rennes, Presses Universitaires de Rennes

KRIPPNER Greta (2012), Capitalizing on crisis. The political origins of the rise of finance, Harvard

*KRUGMAN Paul (1998) [1996], La mondialisation n’est pas coupable. Vertus et limites du libre-échange, La Découverte, Paris

*MICHALET Charles-Albert (2002), Qu’est-ce que la mondialisation ? Petit traité à l’usage de ceux et celles qui ne savent pas encore s’il faut être pour ou contre, La Découverte, Paris

MICHEL Cécile, 2014, « La comptabilité des marchands assyriens de Kanis (XIXe siècle avant J.C.) », Comptabilité(S). Revue d’histoire des comptabilités, 6

*NEGRI Toni et HARDT Michael (2000), Empire, Harvard University Press, Harvard

PELLANDINI-SIMANYI Léna Hammer F. & VAGHA Z. (2015), « The Financialization of Everyday Life or the Domestication of Finance? How mortgages engage with borrowers’ temporal horizons, relationships and rationality in Hungary », Cultural Studies, 29(5-6).

PERELMAN Michael, 2000, The Invention of Capitalism. Classical Political Economy and the Secret History of Primitive Accumulation, Durham et Londres, Duke University Press

*PIKETTY Thomas (2013), Le Capital au XXIe siècle, Le Seuil, Paris

*POLANYI Karl, 1983 [1944], La grande transformation : aux origines politiques et économiques de notre temps, Paris, Gallimard

REDIKER Marcus, 2013 [2007], A bord du négrier. Une histoire atlantique de la traite, Paris, Le Seuil

REINHART Carmen et ROGOFF Kenneth (2010), Cette fois, c’est différent. Huit siècles de folie financière, Pearson, Paris

*SASSEN Saskia (2014), Expulsions: Brutality and Complexity in the Global Economy, Cambridge,

SIMEANT Johanna et POMMEROLLE Marie-Emmanuelle (2011), Observing Protest from a Place. The World Social Forum in Dakar, Amsterdam University Press

TILLY Charles et Kousis Maria (2005), Economic and Political Contention in Comparative Perspective, Paradigm, New York

*TOURAINE Alain (1969), La Société post-industrielle. Naissance d’une société, Paris, Denöel.

TRIVELLATO Francesca (2016), Corail contre diamants. De la méditerranée à l’océan Indien au XVIIIe siècle, Le Seuil, Paris

*VELTZ Pierre (2017), La société hyper-industrielle. Le nouveau capitalisme productif, Le Seuil, Paris

WEBER Max, 1998 [1924], Economie et société dans l’Antiquité, Paris, La Découverte

 

  Русский      Francais

Catalogue de la bibliothèque

Horaires:
lundi fermée
mardi15h - 19h00
mercredi fermée
jeudi 15h - 19h00
vendredi15h - 19h00
samedi fermée